2 novembre 2012
Publié par Anne-Elizabeth

Tommy Lee: disciple satanique de Vybz Kartel

En voilà un qui aimerait peut-être fêter Halloween toute l’année. Adepte des références sataniques, Tommy Lee a peut-être passé son 31 octobre à quémander des sucreries aux habitant de Montego Bay flanqué d’un masque de Vybz Kartel… Simple spéculation. Pour lui, le dancehall satanique a juste été une vibe parmi d’autres, c’est celle qu’il a eue pour le titre Uncle demon.

 

Pas de rastafarisme ni de christianisme

 

Le Jamaïcain Tommy Lee est un des fidèles de Vybz Kartel. Ancien membre du Portmore Empire (Gaza), il fait partie du nouveau collectif de Vybz, le PG-13. Il fait son entrée sur la scène dancehall en 2011. Originaire de la communauté de Flankers, à Montego Bay, il se fait connaître notamment grâce à son titre Grace yard (cimetière).

 

Si son plus gros succès est Holding out the pressure, Tommy Lee semble se spécialiser dans les lyrics satanistes notamment avec son titre Uncle demon. Cette chanson a choqué beaucoup de monde en Jamaïque, île dominée par le christianisme. Un pasteur qui a déclaré que l’artiste avait un besoin urgent de prières. « Je n’ai jamais vu un homme se qualifier de démon (…) Gaza est sous l’influence de démons… ».

 

Tommy Lee – Uncle demon

 

« Je crois au créateur qui a créé le paradis »

 

Pour se défendre, Tommy Lee déclare que Uncle demon est juste une chanson et qu’il est tout simplement différent des autres artistes : « Il y a un moment que je dis Uncle demon, alors j’ai décidé de le mettre dans une chanson. Pour le clip, je me suis inspiré de Thriller de Michael Jackson ». Il ajoute que l’Homme est plus dangereux pour lui que les esprits…

 

« Au final, je ne suis pas un adorateur du diable, précise Tommy Lee. Je crois au créateur qui a créé le paradis et la Terre. Chacun commet des fautes et je ne prône pas la violence, je prône seulement l’auto-défense. Personne n’est un démon, ça ne veut rien dire, c’est n’importe quoi. Puis, vous n’avez jamais entendu dire qu’un démon a tué qui que ce soit ou volé qui que ce soit alors vaut mieux que je parle d’esprit que d’homme. »


Bounty Killer
, figure emblématique du dancehall, s’est senti obligé d’intervenir et a tenu des propos virulents à l’encontre de Tommy Lee qui selon lui fait l’apologie du démon dans ses chansons, un clash a eu lieu entre les deux artistes.

 

Bounty Killer Feat. Kiprich & Kalado – War fi God

 

Vybz Kartel, lui, a ordonné à son poulain de calmer le jeu car la mission est déjà réussie : faire parler de Tommy Lee dans toute la Jamaïque. Pour enfoncer le clou, un nouveau titre de Kartel, Daddy devil, a suivi celui de Lee. Du Portmore Empire à PG13 et au-delà, le buzz par la provocation est une ficelle du marketing aussi vieille que le diable.

 

Vybz Kartel – Daddy devil

7 406 vues
FacebookTwitterMySpaceHotmailGoogle GmailYahoo MailShare
Ajoute un commentaire
  • [...] C’est l’occasion d’y voir un peu plus clair dans les guérillas intra dancehall des derniers mois. Bounty Killer a répondu à quelques questions concernant ses relations conflictuelles avec Tommy Lee, Bennie Man et Mavado sur un plateau télé de l’émission Onstage. Cette interview est la première depuis le clash de Bounty Killer après la sortie du titre Uncle demon de Tommy Lee. [...]

  • [...] Récemment de retour en Jamaïque, le chanteur Busy Signal a très vite repris le chemin des studios. Après le titre Come shock out, Tropicalizer te propose cette fois le clip de Defense sur le Church money riddim. Selon certains fans, il s’agirait d’un clash à l’encontre de Vybz Kartel et Tommy Lee. [...]