6 avril 2012
Publié par John

Le zouk en Côte d’Ivoire: c’est gâté oh ?

Où en est le zouk en Côte d’Ivoire ? Aux Antilles-Guyane, on se souvient principalement de Monique Séka… Durant les années 90, les chansons Missouwa et Okaman ont été les plus gros tubes de celle que l’on surnomme « la reine de l’afro-zouk ».  Depuis, l’âge d’or du zouk semble appartient au passé en Côte d’Ivoire.

Le site internet Abidjan.net a publié cette semaine un article intitulé Le zouk ivoirien se cherche. L’histoire du style musical inventé par Kassav est retracée. Interviewé, le Martiniquais Eric Virgal diagnostic : « Ça se tasse, c’est vrai… et l’explication c’est qu’il y a saturation. Il faut qu’il y ait un renouvellement de qualité. C’est comme toutes les musiques ». L’explication du chanteur se tient.


Le zouk ivoirien n’est pas le seul dans la galère, son parent antillo-guyanais, lui aussi, est bien mal en point avec un zouk love qui tourne en rond jusqu’à se donner le tournis à lui-même. En 2012, c’est bel et bien le zouk qui a besoin d’un médicament… On en reparle bientôt et plus longuement sur Tropicalizer.


Clique ici pour lire l’article Le zouk ivoirien se cherche


Monique Seka – Missouwa


Monique Seka – Okaman

2 487 vues
FacebookTwitterMySpaceHotmailGoogle GmailYahoo MailShare
Ajoute un commentaire