13 janvier 2012
Publié par John

L’album dancehall/hip-hop 2011: Nicy, Young Chang MC, Colonel Reyel, Paille, X-Man, Tysmé…

Quel a été l’album dancehall/hip-hop de l’année en 2011 ? Qui succédera à Rafya & Kenzy qui ont obtenu ce titre en 2010 sur Tropicalizer ? La rédaction a passé en revue l’actualité musicale de l’année écoulée : Young Chang MC, Colonel Reyel, Paille, Nicy, X-Man, Prof A, Tysmé… Ils ont tous fait l’actualité à un moment donné. Révélation pour certains ou confirmation pour d’autres. Dans tous les cas, l’année 2011 a été riche. Le triptyque technique vocale, composition et texte a encore guidé ces choix (avec un message fort et du charisme, c’est encore mieux !).


1)      Tan la ka défilé, Ta la, La mater kôlè, A pieds et à mains nues… Avec son premier album Pa kouwi, Nicy a frappé un grand coup ! Le Guadeloupéen figure logiquement en tête de ce classement. Il est la révélation de l’année et a fourni l’album le plus abouti. Ses points forts ? Nicy a su faire sa mue artistique. Son flow mélodieux et délinéarisé a séduit en 2011. Il avoue s’être inspiré de KerosN et de Vybz Kartel, même s’il n’a pas encore la densité vocale de ce dernier. S’il a gardé un pied dans un underground sombre dancehall/hip-hop, Nicy a fait un pas vers la lumière du grand public avec des titres accessibles et touchants. Ensuite, il s’est montré pointilleux sur l’album Pa kouwi. Une belle image pour ses clips (ndlr : il travaille dans l’audiovisuel) et surtout il a posé son flow sur des productions limpides, bien dosées en basse, boîte à rythme et synthétiseur pour un rendu ultra-efficace. Tropicalizer aime ça. C’est du travail de grande qualité qu’il doit notamment aux compositeurs DaktaScrappyDon JalysWilly Blondou… Le tout, sous l’œil de Skyso (Jutsu Production). Bref, un album cohérent qui marque la domination de la new school dans le game dancehall.


2)      Difficile de classer Paille… L’artiste martiniquais, au chapeau de… paille, est l’un des seuls à porter aussi bien les casquettes de deejay et « d’intello ». Pour en être convaincu, regardez ou lisez ses interviews dans les médias. Sur l’album Inflammable, son côté inclassable se ressent plus que jamais. Son truc, ce sont des thèmes travaillés minutieusement, des textes sensés sur la société et une énergie débordante. Par fois trop, au point qu’il oublie parfois d’apporter plus de teintes à son phrasé. Sur cet opus, Paille a décidé de se faire plaisir en ne tenant pas compte des codes actuels du dancehall. Pas de « swag », pas de calculs et encore moins de cible marketing pour Paille. L’album Inflammable est clairement hors du temps. Il a posé sur des riddims up tempo (Fanm lan et Red son), tout le contraire de la tendance et il se prête volontiers à la dérision dans ses clips lorsque l’égo-trip est tient le haut du pavé. Et ça fonctionne ! Comme quoi, on n’est pas obligé de suivre résolument la grosse vague, on peut suivre son propre courant (ou sa petite rivière) qui peut déboucher sur un océan. Paille a surnagé alors que certains « petits frères » de l’underground local défrayaient la chronique avec des textes « malélivé » comme on dit là-bas… Le meilleur de Paille pour la fin : il a signé Révé, un titre sublime chanté sur des accords de zouk. Il s’est permis de faire mieux que certains spécialistes du genre. C’était osé, chapeau !


3)      Celui qui ferme la marche de ce podium des meilleurs albums de l’année est certainement le moins connu. Tysmé est un des piliers du Karukéra Crew (groupe guadeloupéen de hip-hop). Sur l’album Zayanntifik (Ziontific), il pose son hip-hop et ses titres conscients en abordant plusieurs thématiques nobles : le devoir de mémoire (Sonjé yo), la folie criminelle des hommes (Mad dingues), ou un hommage à la Femme (L’origine du monde). Là non plus, on n’est pas dans le « swag ». On est n’est plutôt dans une recherche de connaissances, sur l’Homme, l’Histoire et de la nature humaine. Bref, tout ce qui ne rentre pas dans la case « mainstream » en général. Pas grave, Tysmé relève le défi artistique avec brio et une technique vocale très élaborée. Le tout, porté par les solides compositions d’Exxòs et de DJ Phonie. Le titre Fwesh (en duo avec la talentueuse Meemee Nelzy), hymne aux rivières et cascades guadeloupéennes, est un petit bijou. Des albums comme Zayanntifik (Ziontific), on n’en trouvera pas deux. Il n’a manqué qu’un peu de visibilité à ce projet réussi et singulier. C’est un album aux sonorités très Fwèsh, et quand la musique de Tysmé coule, on n’a pas envie de fermer le robinet.


4)      En voulant « tuer » certains avec la chanson Tchoué yo, Young Chang MC a donné un peu plus de vie à son hip-hop cette année. Il a été récompensé en signant le tube de l’été aux Antilles. En effet, en 2011, Young Chang MC a distribué sa glace Chocolat vany. Ce tube fait partie de l’album En forme match retour. Et puis l’artiste a été très actif sur Youtube en balançant plusieurs singles parmi lesquels on trouve Chez les pauvres et Lanmou animal. Après avoir débuté sur les riddims, le Guadeloupéen a depuis quelques années trouvé ses marques sur les beats et il fait valoir sa plume. C’est certainement l’une des plus belles du hip-hop créole avec des punchlines en béton armé et une poésie qui baigne tantôt dans l’égo trip, tantôt dans l’amertume avec un regard brut sur le monde qui l’entoure. Pas besoin de vous dire qu’en 2011, Young Chang MC s’est qualifié en gagnant au match aller comme au match retour.


5)      L’an passé, un Guyanais s’était plaint de l’absence des ses compatriotes dans le bilan de l’année dancehall 2010. Il n’avait pas tort. Tropicalizer était passé à côté du tube Exil de Prof A (balancé sur le Haitian riddim de Don Jalys). En 2011, Prof A a sorti son album Nouveaux départs, ce qui nous permet de reparler de ce tube et de réparer l’erreur. Ouf ! L’artiste est versatile, à l’aise en reggae-dancehall bien sûr mais aussi en zouk avec un superbe duo (Pou nou tout). L’essai est transformé. Prof A, est une belle découverte, il faudra compter sur lui désormais !



Le top album, c’est fini. En 2011, Tropicalizer a aussi apprécié :



Si Tropicalizer reste très réservé quant à la qualité artistique de l’album Au rapport de Colonel Reyel (dont ont été extraits Celui, Toutes les nuits, Aurélie…), son hyper médiatisation donne un bel exemple de stratégies marketing réussi en phase avec un public qui l’a largement plébiscité. Le buzz autour de l’artiste a été tout simplement été énorme. Que l’on aime ou pas la musique de Colonel Reyel, l’obtention d’un disque d’or puis de platine est une performance à saluer pour un artiste originaire des Antilles.


« J’aime bien la chanson qui fait : ‘Billets verts, billets jaunes, billets violets’ ». Cette petite phrase, beaucoup l’ont prononcée. Le titre Oh yeah d’Admiral T a cartonné en 2011. Pa ka bleach aussi, posé sur le puissant Vertigo riddim, a reçu un bel accueil. Admiral T est revenu au style qui l’a propulsé au rang de fer de lance du reggae-dancehall francophone et il multiplie les collaborations. Changement de stratégie dans l’air.


Un talent comme le sien ne pouvait pas rester muet plus longtemps. Saël est revenu avec Family Favela en combinaison avec Admiral T, Daly, Mali, Brasco, Kaf Malbar et Negus. Super production pour un titre très appréciable. Bravo Saël !


Très gros tube aussi pour Mighty Ki La qui a porté Régine (la chanson !) sur ses épaules en 2011. Il a aussi sorti le titre Baby Mighty. Le Martiniquais a conquis les dancefloors et prépare un nouvel album. Merci qui ? Merci Régine !


Si le prix du riddim le plus original devait être décerné, le beatmaker Cisko l’obtiendrait haut la main. Il a signé celui du hit Un point c’est tout qui réunit Azrock et Kalash. Le riddim crossover zouk/dancehall est lourd, très lourd. La combinaison 93 et 972 est réussie. Kalash a aussi fait danser les « gyaldem » en 2011 avec le morceau Everybody whine.


X-man a vécu une belle année 2011 avec une des concerts à Paris et aux Antilles et la sortie de son album Atypique. Propulsé par Madinina Kuduro, il a permis à X-Man de franchir un cap. Les singles Dancehall feeling feat. Admiral T et Abondamment ont aussi été appréciés par le public.


Le Haïtian riddim de Don Jalys a été l’une des meilleures productions de l’année. On le retrouve sur la compilation Ti moun soley qui réunit : Tiwony, Féfé Typical, Prof A, Stone J, Swé, Hélium… Du beau monde et surtout du bon travail !


Le Walpixx riddim a été LA vedette de la fin d’année 2011. Kalash y a posé le titre Kouada et SamX a balancé Pi an ni tune. Les deejays étaient inspirés ! Une version avec Vybz Kartel vaut aussi le détour. On doit la rythmique diabolique du Walpixx riddim au producteur Mafio House, originaire de la Martinique. Il faudra suivre ce compositeur en 2012…


Le II Wix riddim de Phantom X accueillait aussi la voix de Swé. Une artiste qui trace ça route lentement et sûrement… A suivre aussi en 2012 !


Daly était de la partie en 2011 avec la version originale et le remix de Respektè’w en compagnie d’Admiral TE.sy KennengaMisié Sadik et Riddla. Le message est conscient. A suivre aussi en 2012 !


En 2011, Saïk tenait aussi à remettre la machine en retour pour préparer la venue de son nouvel album en 2012. Il a balancé You and me et le remix qui va avec et ça a marché. Joli carton pour le Guadeloupéen cet été.


« Ya sa la, ya sa la », l’expression était populaire en 2011. Riddla n’a pas manqué de s’en servir pour faire le buzz encore une fois. Ça a donné Ya sa la propulsé par un bon riddim de Phantom X et aussi Toast en duo avec Admiral T. Qu’est-ce que ce sacré Riddla va encore nous préparer pour 2012 ? Qui sait ? Peut-être que « yaura sa la »…

12 569 vues
FacebookTwitterMySpaceHotmailGoogle GmailYahoo MailShare
Ajoute un commentaire
  • Larry gwada
    14 janvier 13:29

    sl mais dans votre classement il manque l’album DE TIWONY….plus de 7 clips un album lourd..superbement realise..fdu reggae,du dancehall,du soca,du crosseover..jamais un album d’un artiste antillais n’a eu cette dimension..donc Tropicalizer…n’omet pas les REYEL!!!!faut pas oublier les Vrais!!!

  • John
    18 janvier 0:32

    L’album de Tiwony n’a pas été oublié cette année (plusieurs titres ont été publiés sur Tropicalizer). Il ne fait juste pas partie des 5 albums ayant marqué de son empreinte l’année 2011. Il n’est pas question d’être « Reyel » ou pas. Il est question d’une sélection d’une poignée d’albums sur toutes les sorties de l’année. C’est le choix de la rédaction.

    Cordialement,

  • desirrr971
    20 janvier 4:18

    tu as oublié krys, datcha dollar, politik nai…

  • John
    20 janvier 12:58

    Hello Désir, même réponse que pour Larry Gwada, ce n’est pas un oubli mais un choix.

  • [...] Aie ! Voilà un titre qui fait mal ! Paille balance Assé, un missile musical qui dénonce pêle-mêle l’attitude de certains hommes politiques, certains artistes mais aussi celle d’une partie de la population martiniquaise. Tout le monde en prend pour son grade, les médias également. Le constat est sévère et souvent justifié. Le message du Martiniquais est habillement mis en image par Cyrille Beaudry (EXP). Le rendu donne un clip animé, original et réussi. Paille souhaite rassembler les forces de la Martinique. Reste à savoir s’il sera écouté. Assé est le 5e extrait du très bon album Inflammable. [...]

  • [...] En 2011, l’album Pa kouwi de Nicy était sacré album dancehall/hip-hop de l’année par la rédaction de Tropicalizer. Le choix avait été difficile à l’époque. En 2012, le choix a été plus évident. Trois albums ont été retenus : Admiral T avec Face B, Saël avec sael@arawaksound.com et le rappeur Neg Lyrical avec Explicit lyrics. Voici le palmarès : [...]