21 octobre 2011
Publié par John

Nicy: « Vybz Kartel et Keros-n m’ont montré la voie »

« Pa kouwi », c’est le titre du premier album de Nicy. On y retrouve les hits Tan la ka défilé, Ta la et La mater kolè. Le Guadeloupéen, avec son flow délinéarisé et mélodieux, est certainement la révélation dancehall de l’année. Durant son passage éclair à Paris, il accordé une interview à Tropicalizer. Son changement de cap, ses influences, l’album Pa kouwi… Nicy alias « Snipa la » balance ses réponses et il fait mouche.


Le public t’a connu avec le crew Russi la, comment l’aventure est-elle née ?
Ça a commencé vers 2008-2009. A cette époque je vivais en banlieue parisienne. L’environnement faisait que la vibe était plus hip-hop. C’était la période de la Black mixtape et des débuts de Russi la (avec Miky, KerosN, Shabba). J’étais à fond dans le rap hardcore, je me défoulais.


Par rapport à tes débuts, tu as changé de cap. Tu abordes des thèmes plus sensibles maintenant…
J’ai évolué avec le temps et ma musique aussi. J’aborde des thèmes plus ouverts et plus réfléchis. J’ai voulu changer la vibe. Avec la maturité, on ne pense plus aux mêmes choses. J’ai 25 ans [hier, le 20 octobre, c'était son anniversaire], je suis devenu papa et je vois la vie autrement. Je pose des lyrics conscients et concrets que mon fils Lhenael pourra comprendre plus tard. Je pense à la nouvelle génération, ce n’est pas seulement pour mon fils, mais pour mes petits frères et sœurs aussi.


Nicy – A pa fot an mwen


Ton flow s’inscrit pleinement dans le nouveau cap donné au dancehall par Vybz Kartel…
Vybz Kartel m’a beaucoup inspiré, je ne vais pas mentir. Après KerosN, c’est l’artiste qui m’a le plus influencé. J’aime la façon dont Vybz Kartel structure ses morceaux mais KerosN est mon professeur. Tous les deux ont une façon de chanter mêlant un flow qui varie sans cesse tout en intégrant des mélodies. Ils m’ont montré la voie.


Vybz Kartel est en prison aujourd’hui, il est accusé de complicité de meurtre notamment, cela t’inspire quoi ?
La vie de l’artiste de m’intéresse pas. Moi, je me focalise sur la musique et les paroles. Les chanteurs peuvent être ce qu’ils veulent, je ne m’en occupe pas. Le fait qu’il soit en prison, cela ne me fait ni chaud ni froid.



Tu as crée un certain buzz avec Tan la ka défilé, comment as-tu vécu cela ?
Je ne m’y attendais pas. Le 1er soir, le clip de Tan la ka défilé a fait 20 000 vues. Le lendemain, il a touché les 40 000. C’est à ce moment que je me suis dit : « le public est à mon écoute, maintenant il faut assurer derrière ».


Comment est né le titre La mater kolè ?
J’ai grandi sans mon père donc je connais très bien cette situation. Cette chanson a touché beaucoup de personnes en Guadeloupe car malheureusement les familles monoparentales y sont nombreuses. J’ai mélangé ce que j’ai vécu avec d’autres histoires. Mes chansons sont toujours un mélange de plusieurs situations, de plusieurs histoires émouvantes.


D’où te vient le gimmick « Pa kouwi ! »
C’est en 2006 que ma signature « Pa kouwi ! » est née, d’où le nom de l’album. Ça vient d’une expression que je répétais souvent « Pa kouwi, rété la » (ne cours pas, reste là). Je l’avais utilisé pour la promotion d’une web radio à l’époque. Par la suite, Vybz Kartel a sorti son « Don’t run ». Bien sûr, je ne dirai pas que je l’ai influencé mais ce qui est sûr, c’est que je ne l’ai pas copié.



Maintenant que tout s’accélère avec la sortie de ton album Pa kouwi, penses-tu vivre de la musique ?
Je fais de la musique parce que j’aime ça. Malheureusement, souvent la musique permet d’arrondir les fins de mois mais pas de nourrir une famille. J’en ai conscience, c’est pour cela que j’exerce un métier à côté. Je suis formateur dans l’audiovisuel (caméraman et ingénieur du son).


Avec qui as-tu collaboré pour l’album Pa kouwi ?
J’ai travaillé avec Dakta, Scrappy, Don Jalys, Willy Blondou… L’album a été réalisé par Skyzo (Jutsu production) et l’équipe BMS s’est occupée des clips. On retrouve Misié Sadik, Miky et d’autres artistes sur l’album Pa kouwi disponible dans les bacs et sur les plates-formes de téléchargement légal depuis la semaine dernière.


Malgré la maturité, les chansons hardcore, ce n’est pas vraiment fini…
Les gens savent que j’ai ouvert les yeux. Cela dit, je ferai toujours des sons hardcore pour une partie du public. Une personne ne change jamais entièrement…

12 131 vues
FacebookTwitterMySpaceHotmailGoogle GmailYahoo MailShare
Ajoute un commentaire
  • Lord971
    22 octobre 1:30

    Pa Kouwiiiii ^^
    Lol BigUp Nicy, excellent album que je recommande a tout le monde.
    Pas de regrets possible ;)

  • Layta971
    22 octobre 15:42

    frè mém nicy panii pon son aw en pa konnéte frèw gro foss baw iinh contiinié kon sa :) :) ;) ;)

  • TiGeR mAn
    23 octobre 20:23

    taff la bon….(y)

  • yardi
    27 octobre 20:42

    big up, artiste original, qui q l air humble en plus.

  • taz-man97.one
    30 novembre 22:49

    an k dako franchemeent album a misié frai et c son ay la k ban mwen inna di head franchement big up baw timal bon courage et toujou poté gamm kon di shaba c on fierté ban mwen dé ete on ti missié soti santa rosa de lima lé an k wé jan artite an nou k pété yo d i yooooow anko pa kouwi

  • [...] de missile dancehall cette fois, mais un morceau hip-hop plus sombre que les singles extraits de l’album Pa kouri. Très sobre, la réalisation visuelle colle à cette atmosphère. Comme le titre l’indique, [...]

  • [...] 26. Rihanna et Beyonce en mode reggae-dancehall 27. Walpixx riddim: Kalash, SamX et Vybz Kartel 28. Nicy : Vybz Kartel et KerosN m’ont montré la voie 29. JoeyStarr: « Booba a un vrai potentiel musical, mais il fait de la merde » 30. Admiral T : « [...]

  • Nicy: le clip de Ti boug
    29 juillet 12:41

    [...] qui grandit », explique Nicy sur le titre Ti boug an mwen. Il l’avait aussi expliqué dans un interview accordée à Tropicalizer. Cette fois, pas de rythmique dancehall ou hip-hop au programme ; c’est sur une composition [...]

  • robinet
    02 décembre 9:28

    Nicy j aimd beaucoup tes musiq et donc fosse bar ahou lEs hen