23 juin 2011
Publié par Yann

Avaran: interview du chanteur reggae N°1 des Bahamas

Pilier de la scène reggae aux Bahamas, Avaran possède une voix en or. Alors qu’il était de retour en Europe, Tropicalizer a rencontré l’auteur des hits Things tough, Let Jah Be praised, Gonna be dread, I will rise… durant son passage à Paris. Le Bahaméen évoque son parcours, sa musique et ses projets à venir.

Est ce que tu peux te présenter ?

Je m’appelle Avaran et je suis un chanteur de reggae originaire des Bahamas. Mon nom vient de la Bible. C’est ma mère qui m’a baptisé ainsi. J’ai commencé à chanter entre 1996 et 1997. J’ai débuté par faire des dub plates et des specials pour des sound systems des Bahamas.

Le passage de Bob Marley aux Bahamas a également joué un rôle dans ton choix de devenir chanteur…
Cela s’est passé vraiment après. Bob Marley a vécu aux Bahamas à un moment donné mais j’étais vraiment jeune. Je ne savais donc pas qu’il vivait chez nous. La première fois que j’ai entendu une de ses chansons, c’était en 1979 à la radio. Après, une fois ma carrière débutée, il m’a beaucoup influencé et je me suis tourné vers le reggae… Bob Marley a été  important pour tous les artistes qui font du reggae. Il représente les fondations et a permis à cette musique d’être connu dans le monde entier. Sur mon premier album Short rope, j’ai posé sur deux de ses riddims : le Heathen riddim et le Crazy baldheads riddim. J’ai aussi chanté une deuxième fois sur ce dernier pour le label VI Connection qui a sorti le Things tough riddim.

Quelles sont tes chansons préférées de Bob Marley ?

C’est impossible de répondre à cette question ! Bob Marley a fait tellement de bonnes chansons que je serai incapable d’en choisir une.

Quelles sont tes autres influences ?

Je dois citer Garnett Silk qui a joué un grand rôle dans ma manière de chanter. Je ne peux oublier Dennis Brown, Luciano et tous les autres artistes « fondation ».

Pour composer tes morceaux, tu écoutes d’abord le riddim puis tu écris tes paroles après ou inversement ?

Au moment de mon premier album, je m’occupais d’abord des paroles et les intrus étaient faites par la suite. Mais aujourd’hui c’est le contraire, on me donne des riddims et j’écris dessus.

Qu’as-tu fait depuis la sortie de ton album Short rope ?
Je suis parti en tournée avec Michael Rose. Je suis allé en Allemagne, en Hollande, en Belgique… J’ai aussi fait des shows aux Bahamas, en Jamaïque, aux Etats-Unis avec Sizzla, Luciano, Ky-Mani Marley, Freddie Mc Gregor, Dennis Brown, Gregory Isaacs… Il y en a tellement… c’est plus facile de citer les artistes avec qui je n’ai pas partagé la scène… Par la suite je me suis séparé de mon management et j’ai rencontré les membres du label français VI Connection. J’ai enregistré pour eux mon premier morceau après l’album. Cela m’a remis dans la musique.

Ces derniers temps on t’a entendu sur des riddims européens… comment as-tu fait la connection avec l’Europe ?

Tout d’abord, je tiens à dire que j’adore les riddims européens. J’ai enregistré pour VI Connection, Zion Gates, les Italiens de Goldcup records avec mes deux morceaux I will rise et Gonna be dread. Je travaille d’ailleurs toujours avec eux.

Comment se passe ton séjour en Europe ?
C’est la première fois que je reviens depuis 2007. Je veux renouer des contacts et m’en faire des nouveaux. Je viens également faire des concerts, des interviews et revenir auprès des gens, de mon public.

Quels sont tes projets ? Un nouvel album ?
Oui, j’en ai un qui est maintenant fini. Il va s’appeler I will rise. Il sera strictement roots. Il n’y aura pas de chansons d’amour… désolé (rires). On pourra y entendre mes singles Let Jah be praised et Things tough, des titres de chez Goldcup et des productions des Bahamas et de Jamaïque. C’est un projet international. Je veux un bon « deal » pour le faire distribuer et je cherche quelque chose de sérieux. J’enregistre aussi toujours avec Goldcup records pour un autre album. Je travaille également avec un producteur anglais.

Est ce que ton label Medidation records est toujours actif?

Il n’existe plus… Chaque membre y travaillant avait sa propre fierté… C’est un mauvais souvenir…

Pourquoi ? A cause d’une histoire d’argent ?

Non, c’était plus une question de « bad vibes »…

Avec quel producteur aimerais–tu travailler ?

Il y a beaucoup de producteurs avec qui je veux travailler. Parmi les Jamaïcains, je souhaiterai collaborer avec Donovan Germain du label Penthouse. J’ai déjà fait quelques chansons avec lui. Mais c’était il y a quelques années… 5 voire 6 ans. En tout cas, j’aimerai beaucoup enregistrer à nouveau pour lui. J’apprécie aussi les riddims de Stephen « Di Genius » Mc Gregor, le fils de Freddie.

Tu as invité Michael Rose sur ton opus Short rope, avec qui aimerais-tu faire un autre duo ?
J’ai déjà des chansons avec Frankie Paul, Gregory Isaacs, Terry Ganzie, Luciano… J’ai plusieurs titres avec différents artistes mais certains ne sont pas encore parus et je ne sais même pas s’ils sortiront. Je sais juste que mon duo avec Luciano verra le jour car il s’agit de mon projet personnel. Par contre, je précise que mon cut avec Terry Ganzie est déjà sorti.

Peux–tu nous présenter la scène reggae des Bahamas ?

Quand j’ai commencé ma carrière dans les années 90, j’étais le seul artiste des Bahamas à chanter du reggae à ce niveau-là. Mais avec le temps, d’autres ont percé. Il y a même un projet qui réunit plusieurs chanteurs de chez nous sur la même instru: il s’appelle le Birds eye riddim. On pourra y entendre Jah Hem, CJ Priest, M Deez… mais aussi Tarrus Riley, Pressure, Cecile… Les Bahamas et la Jamaïque s’associent pour sortir ce projet.

Comment s’est développé le reggae aux Bahamas? Et comment est-il perçu ?

Je pense que le reggae est de plus en plus apprécié par les gens. Mais personnellement je n’ai jamais fait ma promotion aux Bahamas car quand j’ai débuté, il n’y avait rien d’organisé pour les artistes reggae. 

Veux-tu rajouter quelque chose ?

C’est un plaisir de faire une interview pour Tropicalizer. Je suis très heureux d’être en Europe, de faire la promotion de ma musique et de recevoir l’amour des gens. One love !

Avaran – I will rise


Avaran – Let Jah be praised

4 745 vues
FacebookTwitterMySpaceHotmailGoogle GmailYahoo MailShare
Ajoute un commentaire