22 novembre 2010
Publié par John

Admiral T au Zénith de Paris: phéno-phénoménal !

« Du déjà vu ? La routine ? » Dimanche, on aurait pu s’interroger en battant le pavé des allées menant au Zénith de Paris : Admiral T est une machine de guerre rodée, et puis, la scène, il connait. Et bien non, c’est là que l’on se prend une claque phénoménale. Le Guadeloupéen arrive encore à repousser ses limites ! Il a écrit une nouvelle page de sa légende devant un Zénith plein à craquer (6 300 personnes).


Tout a commencé avec un premier quart d’heure « jacksonien » tout simplement bluffant. Le ton est donné pour plus de deux heures de show. Animé par le feu sacré, le super guerrier du dancehall balance tout ce qu’il a dans une prestation, en son et lumière, intense menée sans répit et où le hasard n’a guère sa place : mise en scène millimétrée, chorégraphies réglées comme du papier à… musique, danseurs (Why dem faya) et musiciens talentueux, tenues vestimentaires fashion pensées par sa femme Jessica, invités de poids : Riddla et ses Mika, Daly, Saïk, Young Chang MC, Kalash, Lieutenant et… l’homme que l’on appelle Kurtis, un revenant. Tous ces soldats du reggae-dancehall ont emprunté la rocade tracée par le vaisseau amiral ce dimanche. Un vaisseau amiral qui continue irrémédiablement sa course effrénée vers l’horizon. La Fouine, Médine, Lylah (Ex-Les Déesses), Awa Imani et la Selecao ont aussi partagé la scène avec la vedette du soir.

Admiral T et Kurtis s’étaient dit « Rendez-vous » dans dix ans…


Séquence émotion. Admiral T fait un flash-back en interprétant Rendez-vous sorti en 2000. En général, ce morceau fait partie d’un medley avec Rapide, Pas comme les autres, Lov’… Mais là, il est parti pour l’interpréter en entier. Surprise ! Capuche sur la tête, Kurtis déboule sur scène. Les fans d’Admiral T n’ont pas oublié ses débuts dans le trio prometteur Youth attack. Après quelques succès, les deux deejays (Admiral T et Little Espion) ont continué leur route tandis que Kurtis connaissait une longue traversée du désert en raison de problèmes personnels notamment. Ce come-back était attendu après son apparition sur le dernier album de Little Espion, On mond’ réyel (sur le morceau My life). Kurtis vraiment de retour ? A suivre. En tout cas, ses compères ne l’ont pas oublié.



Sinon, des choses à améliorer sur la prestation globale d’Admiral T ? Pas vraiment… On peut toujours en trouver en creusant, mais alors vraiment. On peut parler des problèmes de son pour les micros (récurrents au Zénith) et aussi du chaînon manquant entre le petit film d’introduction et son entrée sur scène, mais rien de plus. Ceux qui ont vécu son avènement à Paris à l’Elysée Montmartre (2004) et ses consécrations à l’Olympia et au Zénith de Paris déjà (2006) seront d’accord à coup sûr : cet Admiral T-là était stratosphérique pour sa meilleure prestation scénique. Les absents n’ont plus qu’à croiser les doigts pour qu’elle donne naissance à un DVD. Jusqu’où peut encore aller le meilleur « entertainer » du reggae-dancehall francophone ? Lui seul le sait, il n’a que 29 ans. A la sortie, certains en redemandaient encore : « Admiral T agaaaiiinn !!! »


Crédits photos : Leila Albert

3 923 vues
FacebookTwitterMySpaceHotmailGoogle GmailYahoo MailShare
Ajoute un commentaire