23 juin 2009
Publié par John

Gilles Floro: dix ans déjà, les artistes témoignent

Flash back. Le 22 juin 1999, Gilles Floro part jouer ses accords sur une autre Frékans… La musique antillaise perd un chanteur et musicien de génie. Son sens précis de la mélodie nous a enchanté, son éclectisme nous a séduit, son swing nous a fait danser. Les succès fleurissent son répertoire: Rêve bleu, A pa pawol an lè, Mona Lisa, Diaman deben, On doucè, Viré, Stella, Karamel… Quels souvenirs a laissé Gilles Floro ? Tropicalizer a recueilli plusieurs témoignages d’artistes.

Ronald Rubinel (compositeur, producteur)

Il avait toujours une nouvelle blague à me raconter à chaque fois que l’on se voyait. Il me touchait par son sens du détail au niveau des sonorités de claviers et par l’émotion qui s’en dégageait aussi. Il a laissé au zouk de riches mélodies accompagnées par une musique recherchée donc des chansons inoubliables. Tan kout m’a beaucoup marqué. Ce titre est évocateur de sa vie qui a été trop courte. J’ai une pensée pour toute sa famille.

Fréderic Caracas (bassiste)
Le complice de toujours de Gilles Floro s’est confié au journal France-Antilles dans l’édition de lundi: » après dix ans d’absence, nou ka vwè kè Gilles ka manké nou toujou (on constate que Gilles nous manque encore). Mais il est, quelque part, toujours resté parmi nous, car sa musique est souvent diffusée à la radio.

Thierry Cham (chanteur)
Gilles Floro était un artiste en avance sur son temps. Il avait un sens de la mélodie et une vision de la fusion des styles qui faisaient sont l’originalité. On hérite d’un répertoire de Gilles très riche et surtout avec des chansons qui sont encore a mon avis très actuelles. Spiritual est l’une de ses chanson qui m’a marqué. Il y en a beaucoup d’autres comme Absence, Tou sèl ou Mona Lisa. Les mélodies, les textes et les arrangements
sont originaux.


Thierry Delannay (guitariste, producteur)

Gilles était quelqu’un de rigoureux et précis. Il avait une inspiration musicale intarissable. Il m’a appelé une semaine avant sa mort. Il avait tenté de masquer sa voix pour me faire une blague, mais je l’avais reconnu. Ce jour-là, je n’avais pas beaucoup de temps à lui consacrer… Il était spontané, il ressentait les choses tout de suite, il avait le génie pour donner un sens à la mélodie. Il s’inspirait de toutes les influences (latines, haïtiennes…) C’est ce qui manque à la nouvelle génération. Karamel m’a beaucoup marqué. J’ai fait les guitares sur ce titre.


Thierry Fanfant (bassiste)

Gilles Floro était un garçon talentueux et d’une extrême gentillesse. Ses mélodies, et les mélanges qu’il apportait à sa musique faisaient sont originalité. Il était un artiste phare de sa génération. Karamel m’a marqué car j’ai eu la chance de participer à la première version.


Willy Salzedo (pianiste)
J’ai beaucoup de souvenirs de concerts, de studio et de moments d’amitié avec Gilles. Entre 1984 et 1985 nous étions en tournée Française avec Francky Vincent et il habitait avec moi à Paris. Nous avons préparé l’album VIK’Inn avec une bande de « jeunes » tel que Fréderic Caracas, Éric Brouta, Tanya Saint-Val, Catherine Parize et Christian Joseph-Lockel. Nous avions une vision de la musique très évolutive. Chacun a fait sa route, mais nous nous croisions régulièrement. Nous nous sommes vus pour la dernière fois à l’ilet du Gosier, quelques semaines avant le drame, autour d’un apéro et nous avions évoqué l’idée de refaire un album VIK’Inn. Le destin ne nous a pas laissé le temps… Gilles avait une vision de la musique à la Jean-Michel Jarre. Il avait de grands projets musicaux et il s’est donné les moyens de les faire. Il laisse de belles compositions, une voix bien à lui et des chansons éternelles. Ma préférée est Groov’ car j’aime beaucoup son atmosphère.


Thierry Vaton (pianiste)

C’était un artiste passionné. On se connaissait très peu, mais on se respectait énormément. Sa façon d’orchestrer, d’arranger ses compositions, ses idées mélodiques le démarquaient. Il laisse de très belles compositions et une belle voix au zouk. J’apprécie beaucoup le titre Kanel.

Marie-José Gibon (danseuse de Kassav)

Je retiens son humour, il aimait souvent raconter des blagues. Malgré la ressemblance vocale et physique avec Patrick Saint-Eloi, on pouvait tout de même le reconnaitre parce qu’il avait sa touche particulière qui finalement le distinguait de Patrick. Il apportait de la fraicheur, de belles mélodies, de beaux textes, de belles musiques et une belle voix, pure et authentique. Viré, Karamel, On doucè: il y a tellement de morceaux que j’apprécie. Il nous manque…

Willy Ververt (chanteur)
Gilles était un vrai artiste, irremplaçable… Je me rappelle de sa participation sur un de mes albums où son jeu de doigt, son professionnalisme et sa rapidité m’avaient marqué. Je me souviens aussi d’un jour où je m’étais rendu chez lui. Il m’a encouragé à mes débuts avec mon groupe Fuzion. Il était un artiste simple et distingué. Dommage que l’homme n’est valorisé qu’à sa disparition… Au zouk, il a laissé de belles compositions. J’aime les albums Rêve bleu et Diaman deben, mais les autres aussi sont appréciables.

Jean-Luc Rosier (chanteur)
Il a fait partie des grands qui m’ont donné envie de faire ce métier. Son originalité et sa couleur musicale ont été uniques. Il y a tellement de tubes dans son répertoire. Chaque chanson m’a marqué car j’ai été un fan assidu.

Darryl (animateur radio)
Gilles Floro, c’est une partie mon enfance. C’était un véritable artiste. Sa présence scénique, sa prestance et surtout sa simplicité faisaient de lui une personne à part entière. Des mélodies efficaces, des textes subtils et percutants et un grand travail dans ses compositions. Il a laissé un véritable héritage, très riche mais les artistes d’aujourd’hui n’ont pas su l’exploiter. Karamel m’a beaucoup touché. Le texte es rempli de tendresse.


Gilles Floro – Karamel


Gilles Floro – Viré


Gilles Floro – Frékans


Gilles Floro – Megamix

8 822 vues
FacebookTwitterMySpaceHotmailGoogle GmailYahoo MailShare
Ajoute un commentaire