29 mai 2009
Publié par Yann

Ras Attitude: « Je n’ai pas choisi le reggae, le reggae m’a choisi »

Composées de Saint-Croix, Saint-John et Saint-Thomas, les Iles Vierges possèdent une scène reggae talentueuse. Avec cinq albums derrière lui, Ras Attitude est l’un de ses représentants les plus connus. Le chanteur était récemment en Europe pour enregistrer des nouveaux morceaux et assurer sa promotion. Tropicalizer a profité de son passage éclair à Paris pour le rencontrer.


Qui es-tu Ras Attitude ?

Mon nom est Ras Attitude,  » Giving thanks & praises for life, love and prosperity « . Je suis le représentant des Iles Vierges, mais également l’ambassadeur du ghetto.

 
Quand as-tu commencé à chanter ?

Vers l’âge de 5-6 ans. J’allais régulièrement à l’église avec mes frères, puis avec le temps je me suis tourné vers le reggae.

 
Pourquoi as-tu choisi le reggae ?

Je n’ai pas choisi le reggae, c’est le reggae qui m’a choisi. Le rythme était déjà en moi. Ma mère avait des albums reggae, gospel, calypso, rnb et soca. J’écoutais de tout mais c’est le reggae qui m’a touché. Quand j’ai débuté, les sound-systems de Saint-Croix jouaient tous du reggae. J’ai pris le micro et le public à apprécié. C’est à ce moment-là que ma voie s’est dessinée. Mes concerts avec Shabba Ranks et Terror Fabulous m’ont également motivé.


Quelles étaient tes influences ?

Ma mère, une chanteuse de gospel. Je l’ai accompagnée sur plusieurs tournées et elle m’a beaucoup appris. Dennis Brown m’a aussi influencé. On retrouve son empreinte dans ma musique, mais aussi celles de Garnett Silk, Bob Marley et de tous les artistes reggae. Je cite également les artistes soul comme Smokey Robinson, Bobby Brown et Michael Jackson. Sans oublier les musiques qui ont un rôle d’unité et de rassemblement, peu importe le style et l’époque.

 
D’où vient ton inspiration ?

Mon inspiration vient de nombreux livres comme la Bible ou le Kebra Negast. Et de Dieu car je suis son messager. Je m’inspire de ce qui m’entoure: mon quotidien, l’amour, la famille, l’actualité, mon expérience et celle des autres… La « vibe » du riddim joue aussi un rôle. La majorité des artistes reggae ont le même message mais l’aborde de façon différente.

 
Ton dernier album Trodding Home date de 2007. Qu’as-tu fais depuis ? De la « promo » et plusieurs concerts à Saint-Croix, Saint-Thomas et en Californie. Là, je suis en Europe pour enregistrer et pour annoncer mes trois nouveaux opus: I meditation, Hold the vibes et Iniversal. Nous mettons en place une nouvelle stratégie: nous passons par l’Europe puis en Afrique. Nous terminerons par les États-Unis, qui d’habitude étaient prioritaires.


Parle-nous de l’album I meditation

C’est le premier à venir. Il contient des duos avec Everton Blender, Norrisman, Ishi Dube, Ibendigo (un autre artiste de Saint Croix), Winstrong, Jah Sun et Jah Dan que j’ai rencontré grâce au label Lustre Kings. Il y a un morceau où je chante juste accompagné d’un piano, un autre seul avec une guitare… C’est un album spécial pour moi car j’ai produit deux chansons. Il s’appelle I meditation car je médite tout le temps sur Jah.


Et Hold the vibes ?

 Hold the vibes est différent. Je l’ai composé avec Sadjid (musicien du groupe des Zioniers. Il s’occupe du label One drop). Au départ, on chantait pour le plaisir puis on s’est rendu compte que l’on avait 17 morceaux. J’ai proposé que l’on en fasse un album. Sadjid s’est occupé du projet. Ancient King m’accompagne le temps d’un duo. Tout est venu de manière assez naturelle et spontanée. C’est pour cela que je l’ai appelé Hold the vibes.

 
Et Iniversal ?
 
Je l’ai réalisé avec mes frères. On a réuni certains de mes singles sur Iniversal. Il y a une de mes meilleures tunes Cross the river et un autre duo avec Jah Dan. De nouveaux morceaux produits par Jahmaki du label Ghetto Roots sont aussi présents. J’ai appelé cet album Iniversal car il contient des productions de Floride, St-Croix, New-York, de l’univers [rires]… On découvre plusieurs facettes de Ras Attitude: reggae, r&b et dancehall. Je voudrais faire un 2e volume car j’ai enregistré d’autres morceaux en Europe.


Tu es depuis quelques semaines en Europe, que penses-tu de l’engouement pour le reggae ici ?

C’est comme partout. Beaucoup de selectas et de radios ne jouent que de la musique commerciale, mais les gens ont parfois envie d’entendre autre chose. La musique consciente n’est pas assez jouée. Les jeunes sont influencés par ce qu’ils entendent, il faut leur apporter la vérité. Il y a trop de paroles violentes. Il faut aussi des textes lovers ou des chansons dédiées à nos mamans. Les femmes doivent être honorée car sans elle, il n’y a pas de vie.


Parle nous de la scène reggae des Iles Vierges…                 
Il y a vraiment beaucoup d’artistes. Je veux tout d’abord citer mon ami Batch car nous travaillons ensemble depuis un moment. Mais il y a également Mada Nile, Abja, Niyorah, Army, Volcano, Lady Passion, De Apostle, Iba, Revalation, Revolution, Jahman, Ickarus, Danny I, Sistah Joyce, Yahadanai, Dezarie, Bambu Station, Midnite, Sabbatical Ahdah, Ijah Menelik, Sista Ima, Ahfyah, Ambush, Ancient King… D’autres artistes comme Malika Madremana ou Blaak Lung ne sont pas des Iles Vierges mais possèdent le même style que nous. ” Big up, nuff love and respect ” à tous les artistes de Saint-Croix.


Le mot de la fin ?

Je t’aime maman. N’oubliez pas que mes trois prochains albums arrivent bientôt. Aimez vous les uns les autres. Prenez soin de vous et de votre famille. Vivez une vie pleine d’amour et l’amour vous suivra. Big up Batch, Afyah, Sista Ima de Soundvizion Records. Je remercie Haile Selassie, mes fans, ma famille, mes amis, tout le monde.

3 192 vues
FacebookTwitterMySpaceHotmailGoogle GmailYahoo MailShare
Ajoute un commentaire